La formation : réponse à la résistance au changement ?

Par Camille DAVID

L’autre jour, on m’a interviewée pour une masterclass que je donne devant des étudiants le 8 juin prochain. On a parlé entre autres de ce qui pouvait répondre aux freins actuels des entreprises à se transformer. La résistance au changement peut, pour moi, être contrée par la formation…👇

résistance-au-changement

La résistance au changement, c’est quoi ?

“Attitude consciente ou inconsciente d’un individu ou d’une personne morale qui l’incite à refuser toute modification/ évolution de son état actuel. Elle reflète la peur de l’inconnu et le risque de se placer dans un état de dissonance cognitive. Motivée le plus souvent par la crainte de la perte d’acquis, la résistance au changement, si elle est généralisée au sein de la population cible, peut constituer un frein à l’introduction de nouveaux produits.”

Source : E-marketing.fr

D’après cette source-ci, l’accent est mis sur le fait que la résistance au changement ne soit pas forcément consciente et c’est quelque chose que j’ai trouvé très intéressant. On a souvent l’impression lors d’une transformation ou d’un changement important, en entreprise ou dans un tout autre contexte d’ailleurs, que la résistance c’est faire preuve de mauvaise volonté. Or chez certains, c’est une manière de fonctionner ou simplement l’expression d’une peur, celle de perdre ses repères ou de ne pas être à la hauteur.

La résistance au changement, pourquoi ?

En ce qui concerne la transformation digitale, j’ai l’impression que cette peur de ne pas être à la page est renforcée par une image faussée du numérique. Je vois souvent des personnes qui, passées la quarantaine, parce qu’elles n’ont pas forcément suivi le mouvement de la sur-digitalisation, ont l’impression d’être larguées. Et surtout de ne pas pouvoir rattraper leur retard. Forcément, quand on a une montagne de modifications à faire face à soi, la résistance au changement est plus tenace.

  • Parce “qu’on a toujours fait comme ça et que c’était très bien.”
  • Parce qu’on n’a pas besoin de “tous ces trucs”

Et durant cette crise du COVID-19, vous n’en aviez pas besoin ? 🙄

Ceux qui résistent face aux plans de transformation digitale, sont ceux à qui on a pas expliqué en quoi c’était important. Et dire “les choses ont changé, on doit s’adapter” dans un discours quand on est PDG, ça ne suffit clairement pas ! Ne pas prendre assez en compte le facteur humain lors d’une transformation est une des erreurs principales…

Lire aussi > 3 erreurs courantes en transformation digitale

L’attachement aux habitudes, qui est bien plus confortable que de se plonger dans l’inconnu, est ce qui fait vaciller à coup sûr une transformation d’entreprise.

La résistance au changement peut également arriver si vous communiquer mal avec vos collaborateurs sur les “pourquoi” et les “comment”. Pour la plupart d’entre nous, il est primordial de mettre du sens et de comprendre pourquoi on fait les choses pour entamer le changement. Si on ne voit pas de raison de le faire, ou de but précis, difficile de nous faire bouger de nos positions !

De plus, le changement est quelque chose de progressif. Cette résistance peut simplement être une réponse logique à une transformation trop abrupte. La transformation, surtout digitale et managériale, est soumise à une période d’essai et de test & learn importante. Faites des tests, mettez en balance les investissements, les risques, les bénéfices et surtout ne misez pas tout sur la même action. Tentez plusieurs choses, tout ne convient pas à tout le monde, comme pour tout il faut trouver chaussure à son pied, transfo à son entreprise. 😁

Que faire face à cette résistance au changement ?

Comme je vous le disais en début d’article, et c’est un avis personnel finalement, la formation est pour moi la meilleure réponse.

Parce qu’être pédagogue avec les collaborateurs, ce n’est pas simplement les former sur les contenus, les outils, les nouvelles pratiques. C’est faire preuve d’empathie, comprendre leurs besoins quotidiens et leur donner de vraies réponses pour les combler.

C’est justement expliquer le “pourquoi”, montrer le “comment”, accompagner le “quand”.

Concrètement, ça passe par quoi ?

👉Par de la sensibilisation avant tout ! En tous cas au départ. Grâce à un format conférence, ou table ronde, on touche petit à petit les collaborateurs. Il faut bien sûr que cela reste concret, avec des exemples qui peuvent leur parler, des choses qui les touchent au quotidien.

Ça fait germer des idées, des problématiques, pour la suite…

👉Par de vrais ateliers type workshop ensuite ! La théorie des conférences c’est bien, mais c’est parfois encore un peu trop déconnecté des collaborateurs, du management et des pratiques. Les ateliers se font en petits groupes, pour pouvoir intervenir auprès de chacun en cas d’incompréhension ou de blocage. Dans chaque entreprise, les niveaux des uns et des autres sont très hétérogènes, surtout en termes de numérique. Grâce aux ateliers, on reste bienveillants avec tout le monde, on met les mains dans les outils pour de bon et tout le monde peut y arriver, du temps qu’on lui donne sa chance !

👉 Par un accompagnement à long terme avec des feedback réguliers. La stratégie doit être développée sur un laps de temps assez long, encore une fois parce qu’une transformation trop brutale peut être un échec total. On se fait conseiller tout au long du processus, on garde un consultant qui peut à la fois être un oeil extérieur et un référent de confiance pour les collaborateurs qui peinent à entamer ou à pérenniser la transformation. Bref, on ne laisse pas chacun dans la nature.