Si votre invité partage votre podcast, c’est avant tout pour montrer qu’il a été reçu dans un média et probablement prouver son expertise à son audience propre, pas vrai ?

Parfois, on s’enthousiasme fort pour un épisode, avec un invité qu’on adore. La conversation se passe très bien, on obtient des réponses très pertinentes à nos questions par exemple et on SAIT que ça va apporter beaucoup de valeur à notre auditeur cible.

Mais le but d’avoir un invité est double. En effet, on cherche aussi à toucher une audience différente, celle de l’autre. Celle qui ne nous appartient pas et ne nous connaît peut-être (sûrement) pas. Comment faire alors, pour que l’invité partage votre podcast à tout prix ?

partage votre podcast

L’audience bonus : une étendue de prospects insoupçonnée

Dans n’importe quel podcast que l’on produit et qui contient un format interview, on cherche toujours LA personne la plus compétence, cohérente, accessible pour le sujet abordé. Ce qui intéresse en premier, c’est le contenu et donc le fond. Choisir une personne juste pour son influence dans un domaine ne s’avère pas toujours être la meilleure solution. Attention à ne pas tomber dans cet écueil !

✍🏻 Lire aussi : Ce post LinkedIn qui parle des différents formats

L’audience qui partage votre podcast

Pour commencer, le premier auditeur de votre podcast, et dans ce cas précis, de votre interview, sera l’auditeur fidèle.

Celui qui ne rate pas un seul épisode, celui qui partage ces retours après l’écoute, celui qui en parle autour de lui ! (Le meilleur auditeur finalement)

C’est d’abord auprès de cet auditeur fidèle qu’il faut marquer des points. Il faut gagner son cœur pour qu’il partage votre podcast à d’autres, le nouvel épisode au moment de sa sortie, notamment sur ses réseaux sociaux ou par le biais du bouche-à-oreille.

Ensuite, il y a l’auditeur occasionnel. Il n’est pas forcément celui que vous ciblez absolument avec votre podcast et même avec cet épisode en particulier, MAIS il découvre votre contenu et peut à tout moment basculer dans l’équipe des auditeurs fidèles s’il est emballé.

Par exemple, ça arrive souvent de tomber sur UN épisode qui nous plaît et de le partager pour CE thème spécialement et pas un autre. Rien que ce petit geste donne beaucoup d’ampleur au podcast.

Le domaine de votre invité

Cet auditeur occasionnel est celui qui a le plus besoin d’être accroché par la thématique OU, dans notre cas ici, par l’invité(e) que vous avez choisi ! L’invité, plus ou moins connu dans son domaine, peut être bien sûr très vendeur pour votre épisode, et ce même si ce n’est pas pour ça que vous l’avez spécifiquement choisi.

Ainsi, vous touchez avec votre interview les auditeurs qui sont tournés vers votre domaine d’activité ou qui vous suivent par exemple pour votre personal branding chiadé, mais aussi toutes les personnes qui sont intéressées (ou au moins curieuses) du domaine d’activité de l’invité.

N’hésitez pas à vraiment vous intéresser aux besoins de cette audience qui n’est pas la vôtre, car vous pouvez ainsi construire une interview qui délivre de la valeur pour les deux camps. 😉

Doit-on mettre en place un processus clair ?

Lorsque l’on crée un podcast sur le coin de notre bureau, c’est sûr que l’idée d’un processus de partage aux invités paraît un peu… « trop ». Non ?

Sauf que si vous êtes une grande entreprise (hello mes clients !) et que vous ne pouvez pas vous permettre de le faire vous-mêmes, vous faites appel à de merveilleux prestataires (😁) dont c’est le métier.

Et il y a fort à parier que c’est parce que votre podcast est une émission qui va se jouer sur le long terme.

Qui dit long terme, dit plus d’épisodes et de saisons et si vous avez choisi un format interview lors de la conception, plus d’invités ! DONC plus de partages à penser derrière.

Observer les opportunités qui s’offrent à vous

Si on ne choisit pas son invité en fonction de sa renommée uniquement, ce serait mentir que de dire que ça ne compte pas. Soyons honnêtes, si vous lancez votre émission, c’est pour qu’elle soit entendu, pas pour qu’il n’y ait que le pôle marketing qui s’en soucie.

En amont de l’interview, lorsque vous allez préparer votre processus de partage à l’invité, nous préparons alors :

  • un guide de questions que l’on envoie à l’invité
  • un portrait court avec toutes les informations importantes sur lui/elle
  • une fiche qui récapitule les opportunités croisées que vous pouvez avoir avec la personne

Ça peut paraître peu, mais rien que ce travail de « recherche » pour s’intéresser de près aux chemins communs que vous pouvez emprunter, ça peut créer de vraies opportunités pour la suite.

La différence entre podcast B2B et B2C

Vous ne pouvez pas penser le partage de vos épisodes interview de la même manière s’il s’agit d’une audience de professionnels ou de particuliers, tout simplement parce qu’ils n’ont pas les mêmes besoins.

Là où un particulier fera peut-être la démarche d’aller chercher plus loin le lien que l’invité n’a pas pensé à ajouter à son post, de lire la newsletter qui parle de l’épisode en question, de faire une recherche sur sa plateforme d’écoute préférée pour trouver le podcast PUIS l’épisode…

Le professionnel, lui, ne le fera pas. Enfin, il y a 99% de chance qu’il ne le fasse pas.

Si vous souhaitez créer un podcast de marque qui s’adresse à 100% à des professionnels, donc un podcast B2B, le partage de vos épisodes par vos invités plus ou moins renommés doit être automatique.

Ce partage doit aussi être fait dans les règles de l’art pour tenter de perdre le moins possible de monde entre le post sur un réseau social par exemple et l’épisode écouté.

Si le visuel ne donne pas envie, qu’il n’y a pas de lien direct, que vous ne parlez qu’UNE SEULE FOIS de l’épisode (à sa sortie et c’est tout), vous pouvez être sûr que du monde, vous allez en perdre !

Prémâcher le travail pour arriver au résultat

Tous les invités que vous aurez ne sont pas des as d’internet, des réseaux sociaux et ne sont pas tous au fait de l’importance de ce partage. Dans le monde professionnel surtout, c’est certain que vous aurez parfois en face de vous des invités très compétents (c’est pour ça qu’ils sont invités !) mais qui, une fois qu’ils ont parlé… Ont fini.

Sauf que, le podcast, c’est au moins 80% du travail qui s’opère pendant la promotion. Alors ne lâchez pas l’affaire pour autant.

Pour arriver à vos fins et donc au partage de vos épisodes invités, n’hésitez pas à prendre du temps et de l’énergie pour créer des visuels homogènes, préparer des mails avec tous les éléments médias à partager… Bref, mâchez-leur le travail pour que ce soit plus facile.

Si l’invité se dit « oula mais moi, je ne sais pas comment ça marche ces trucs… » alors c’est terminé pour vous. Accompagnez vos invités si vous sentez qu’ils en ont besoin. C’est la preuve sociale qu’il vous faut pour que votre podcast continue son chemin sereinement.

Ne jamais imposer le partage

Si la personne ne répond plus ou qu’elle n’a pas envie de partager (c’est quand même très rare) alors n’insistez pas… C’est qu’il y a une raison qui vous échappe sûrement.

La transparence avant tout !

Pour finir, ce qui est particulièrement important, c’est l’approche. Un invité n’est pas dupe, il sait que vous allez allier vos deux audiences pour gagner en couverture et donc augmenter vos écoutes et votre notoriété, c’est mathématique.

Soyez le plus transparent possible, l’honnêteté ça paye toujours !

Par exemple, si l’épisode sort avant le lancement d’un nouveau produit ou d’un service, ne le cachez pas. Il est alors un outil pour éduquer la cible, inspirer, divertir, mais aussi et surtout pour vendre derrière. C’est complètement OK, pourvu que ce soit énoncé en amont.

L’échange de bons procédés…

Terminons sur l’échange de bons procédés, car ça peut arriver et c’est le meilleur des scénarios selon nous. Si votre invité est également un créateur de contenu à titre personnel ou si l’entreprise qu’il représente possède un média tel qu’un blog, un podcast bien sûr ou une web TV, n’hésitez pas à proposer un échange de contenu.

Ainsi, vous apportez de la valeur à son audience, il en apporte à la vôtre et chacun partage l’autre. La notoriété est double, la visibilité aussi et il y a fort à parier que ces contenus auront deux fois plus d’impact.

Vous pouvez également aimer :

Un petit mot ?

%d blogueurs aiment cette page :