3 idées reçues sur la transformation des entreprises

Par Camille DAVID

J’entends beaucoup de choses autour de la transformation d’entreprise, pas vous ? Beaucoup de choses fausses surtout ! C’est pour ça qu’aujourd’hui j’ai eu envie de choisir 3 idées reçues sur la transformation des entreprises et d’y répondre avec vous. ?

3-idées-reçues

3 idées reçues parmi tant d’autres…

Je ne vous en donne que trois aujourd’hui car ce serait vraiment très long de toutes les citer, honnêtement, il y en a tellement !

La transformation que les entreprises ont dû commencer à opérer durant ces dernières années, et finalement depuis l’avènement d’internet à l’échelle professionnelle a été parsemée de non-dits.

Des “il paraît que” qui donnent mauvaise presse à ces changements pourtant obligatoires à la bonne santé de l’entreprise.

Comment ça, ils ne sont pas obligatoires ? ?

Bien sûr qu’ils le sont ! Et j’arrive donc à la première idée reçue que je voulais aborder sur la transformation d’entreprise…

“On n’a pas besoin de ça !”

Alors ça… C’est l’erreur number ONE, que j’entends surtout dans la bouche des petites entreprises et des indépendant. Ceux qui marchent finalement un maximum par le bouche à oreille.

“On n’a pas besoin de ça, on a assez de clients et tout roule !” ?

Ok, tout roule, mais jusqu’à quand ?! Vous voyez à quelle vitesse nos vies se transforment, à quel point les changements sont profonds au niveau technologique et managérial… À quand le point de rupture, quand vous serez trop en retard et que vous n’aurez pas voulu investir sur l’avenir ? (Certains en 2020 n’ont pas encore de site internet ou à défaut de page professionnelle sur un réseau social…?)

Il faut comprendre que la transformation (surtout digitale mais pas que), ça se gère correctement quand on a le temps, l’argent, l’énergie pour la faire. Et ces 3 idées reçues sont la preuve qu’il y a une méconnaissance du “bon moment” pour réaliser cet investissement.

Lire aussi > COVID-19 et transformation digitale

Même si en surface et à l’instant T, tout va bien pour vous, voyez grand et voyez loin surtout. Vous n’êtes pas à l’abri d’une crise comme celle que l’on a connu là, en 2020. Vous ne serez pas épargné par les changement sociétaux à venir, que vous soyez une petite ou une très grande entreprise.

“On n’est trop petits pour se transformer !”

Voici donc la deuxième idée reçue à traiter… La taille de l’entreprise !

Que l’on soit un indépendant ou une multinationale, les problèmes que l’on rencontre face :

  • au progrès qui avance,
  • au travail et au management qui changent,
  • aux outils qui sont remplacés, à l’expérience (et exigence) client qui évolue…

… Sont les mêmes.

Et les solutions pour répondre à ces problématiques sont les mêmes pour les grands et les petits, même si bien entendu l’échelle sera différente. Les plans d’action ne se déclineront pas de la même manière, les ressources employées ne seront peut-être pas aussi importantes.

Mais à se dire que ce n’est pas pour nous… On ne fait rien. Alors que c’est souvent même plus facile pour une petite entreprise de mettre empiriquement en place une stratégie de transformation portée par l’ensemble des collaborateurs.

Lire aussi > 4 façons d’intégrer ses collaborateurs à la transformation

“On n’a pas les ressources…”

Avec la dernière de ces 3 idées reçues, on rentre un peu dans le vif du sujet et dans ce qui fâche surtout… Le budget et les ressources humaines ! ?

Très peu d’entreprises ont aujourd’hui en interne, les ressources pour faire face et pour porter un tel projet de transformation.

  • Changer les process internes,
  • améliorer les outils et la circulation des compétences, faire évoluer l’acquisition des clients et leur fidélisation,
  • migrer sa communication du physique au digital…

Plus de la moitié des entreprises de taille intermédiaire en France n’ont pas les équipes en interne pour mettre en place une stratégie solide, gérer l’opérationnel et intégrer toute l’entreprise… Normal ! Surtout lorsqu’on est une TPE/PME. Et le problème ne s’arrête pas là quand on voit combien demandent les grosses agences digitale qui font des plans sur la comète sans savoir ce que VOUS pouvez vous permettre. Pareil pour un recrutement qui devient vite onéreux.

C’est là qu’interviennent les indépendants comme moi. Moins chers, plus flexibles et adaptables, nous sommes souvent le bon compromis pour tordre avec vous le cou à ces idées reçues. ? Choisir un indépendant, c’est choisir un suivi, un accompagnement et il y a autant de méthodologies que de freelances !

Lire aussi > Ma méthodologie en transformation digitale

Convaincu ?
Contactez-moi si vous souhaitez me parler de vos besoins !